souffrance travail quitter job rupture conventionnelle femme salariée entrepreneuriat entrepreneure

Mal-être au travail : comment le prévenir ?

6 astuces pour prévenir la souffrance liée au travail

Merci à Claire Sicard, rédactrice web, qui a rédigé cet article invité.

souffrance travail quitter job rupture conventionnelle femme salariée entrepreneuriat entrepreneure

Aller travailler vous met la boule au ventre, vous n’êtes plus motivé par votre poste ou le stress lié à votre travail vous empêche de dormir, voici des exemples, non exhaustifs, de signaux d’alerte indiquant un potentiel mal-être au travail. Vous souhaitez éviter cette situation et vous cherchez des astuces pour prévenir le mal-être au travail ? Quelles sont les solutions envisageables lorsqu’on ressent, malgré tout, une souffrance liée au travail ? Nous vous proposons dans cet article quelques pistes de réflexion.

Quels sont les symptômes de la souffrance au travail ?

souffrance travail quitter job rupture conventionnelle femme salariée entrepreneuriat entrepreneure

Savoir faire la différence entre le surmenage et le mal-être au travail est parfois difficile. Une étude montre qu’en France, en 2017, 1 salarié sur deux (51 %) ressent du stress ou de la fatigue liée au travail. On définit la souffrance au travail comme une souffrance mentale liée au travail lui-même ou au contexte dans lequel le salarié évolue. Vous avez des réveils nocturnes pendant lesquels vous pensez à votre travail ? Vous éprouvez un stress très important, provoquant des migraines ou des douleurs articulaires ? Aller au travail est particulièrement pénible et vous crée des angoisses ? Si vous vous reconnaissez dans ces exemples, vous êtes peut-être victime de souffrance au travail.

Les causes de ce mal-être professionnel sont variées. Cela peut être dû à une forte pression ressentie en raison d’un niveau d’exigence élevé, une perte de contrôle sur la situation ou un manque de soutien de la part de la hiérarchie ou de l’équipe. Le salarié ressent un déséquilibre entre les gains (salaire ou niveau de reconnaissance) et les coûts (efforts, niveau d’investissement, horaires de travail) et cela génère pour lui une perte de sens au travail. On discerne 3 conséquences principales de la souffrance au travail :

  • Le burn-out : c’est un syndrome d’épuisement professionnel, un état qui s’installe dans la durée, progressivement, et qui est lié à un stress chronique dû à une charge de travail importante.
  • Le bore-out : c’est d’un état d’épuisement lié à l’ennui.
  • Le brown-out : c’est un syndrome lié à la perte de sens au travail. Le travail est alors en opposition avec les valeurs du salarié.

6 astuces pour prévenir le mal-être au travail

souffrance travail quitter job rupture conventionnelle femme salariée entrepreneuriat entrepreneure

Pour éviter de se retrouver dans une situation professionnelle difficile, il est possible de mettre en place quelques astuces. Voici 6 habitudes à suivre pour prévenir efficacement le mal-être au travail.

  • Profitez de votre vie personnelle en passant du temps avec vos proches. Ces personnes ont des valeurs proches des vôtres, elles vous ressemblent et vous comprennent. Si cela va mal, elles pourront vous épauler. Il est essentiel de garder un équilibre entre la vie professionnelle et la vie personnelle.
  • Faire des pauses régulièrement dans votre journée. Il est conseillé de prendre entre 5 et 10 min de pause, toutes les 2 h maximum. Ce petit break vous permettra d’améliorer votre concentration et de vous détendre quelques instants.
  • Faire une activité physique régulière. Essayez de trouver un créneau dans votre planning quotidien. Le sport est idéal pour combattre la morosité et dépenser l’énergie négative accumulée dans la journée. Vous pouvez aussi essayer la méditation notamment avant le coucher.
  • Manger équilibré. L’alimentation est essentielle pour être en forme. Privilégiez les légumes, les fruits, les graines et les noix. Éviter au maximum la « malbouffe » ? En effet, il est préférable de limiter les repas trop caloriques et peu qualitatifs mais ce n’est pas une raison pour se refuser une petite douceur qui pourra être votre allié anti-coup de blues, occasionnellement.
  • Gérez votre temps au travail du mieux possible. Essayez par exemple de dédier des plages horaires pour traiter les sujets parasites : les e-mails, les appels, etc. En début de journée, fixez vous un objectif, identifiez les éléments qui vous font perdre du temps et qui vous prennent de l’énergie puis lister les tâches par ordre d’importance. Une fois parti du bureau : déconnectez-vous ! À l’air des smartphones et des e-mails, nos mauvaises habitudes de répondre à n’importe quel moment peuvent vite empiéter sur notre vie privée.
  • Communiquez au travail. Dès que vous rencontrez un souci, parlez-en. N’attendez pas que les non-dits s’accumulent. Les relations les plus saines dans le travail sont basées sur la communication.

📚 N’hésitez pas à consulter l’article « Comment identifier son Ikigai ? ». Cette méthode pourrait vous aider à comprendre votre raison d’être et retrouver une harmonie entre votre vie professionnelle et personnelle.

Quelles solutions lorsqu’on ressent une souffrance au travail ?

souffrance travail quitter job rupture conventionnelle femme salariée entrepreneuriat entrepreneure

Si malgré tout, vous ne parvenez plus à faire face à une situation de mal-être au travail, le plus urgent est de trouver une solution pour préserver votre santé.

Pour faire face à une situation de souffrance au travail, le chemin vers la guérison peut se faire en 4 étapes.

  • Identifiez les causes du mal-être ;
  • Observez les signes physiques et psychologiques de cette souffrance ;
  • Vous faire aider ;
  • Listez les solutions possibles.

Attention si vous ne prenez pas le temps d’identifier ce qui ne va pas, vous risquez de reproduire la même erreur et de choisir à nouveau un travail dans lequel vous ne vous sentez pas bien. Le changement, quel qu’il soit, doit être réfléchi pour ne pas vous retrouver dans une situation encore plus difficile à gérer. Voici les 3 possibilités qui s’offrent à vous :

  • Le changement de poste. Il peut être une bonne solution. Si votre mal-être vient d’un ennui professionnel ou d’un manque de challenge et que l’entreprise dans laquelle vous travaillez correspond toujours à vos valeurs, alors, il est à envisager sérieusement. Pourquoi ne pas viser plus haut ? Ou vous éloignez de votre cœur de métier pour vous challenger.
  • Le changement d’entreprise : c’est une solution à envisager si vous ne vous retrouvez plus dans l’entreprise pour laquelle vous êtes salarié (management, type de secteur, valeurs, etc.). Dans ce cas-là, prenez le temps de vous poser des questions sur vos attentes : quel environnement ? Quel type de management ? Quel type de poste ? Préférez-vous une petite entreprise ou une entreprise nationale ? Le salaire est-il un critère important ? Une fois que vous avez listé vos envies, essayez de chercher des entreprises qui sont en accord avec ces dernières.
  • La reconversion professionnelle : vous n’aimez plus ce que vous faites, vous voulez un virage à 360 degrés, vous voulez vous sentir utile ou vivre de votre passion ? Vous le sentez, c’est le bon moment pour sauter le pas mais vous êtes un peu perdu. Vous pouvez vous faire accompagner dans votre démarche de reconversion professionnelle par Impulsia Coaching ou vous orienter vers un bilan de compétences. 

En attendant de prendre votre décision, pour préserver votre santé, faites-vous accompagner. Au sein de votre entreprise, tournez-vous vers votre hiérarchie avec laquelle il est toujours utile de discuter, vers le médecin du travail qui est là pour vous épauler et éviter toute aggravation de votre santé. Vous pouvez également solliciter l’aide des représentants du personnel. Dans votre vie personnelle, vous pouvez entamer un accompagnement psychologique si vous en ressentez le besoin. Ne restez pas seul et laissez-vous un temps de réflexion afin de prendre la meilleure pour la suite.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *